Kobe Bryant : Itinéraire d’un surdoué devenu légende

13 Avril 2016. Staples Center de Los Angeles. Kobe Bryant dispute le dernier match de sa carrière face au Jazz d’Utah. Alors que dans le même temps les Warriors de Golden State établissent le record absolu de victoires en saison régulière en écrasant les Grizzlies de Memphis, la planète basketball a les yeux rivés sur la Cité des Anges pour la dernière apparition du Black Mamba sur un parquet NBA. 

 

Le Michael Jordan de sa génération

Tel un point d’orgue à sa légendaire carrière, Kobe Bryant fait ses adieux en étant l’auteur d’un match pour l’éternité : 60 points inscrits, un récital dans le quatrième quart-temps, le panier de la gagne et une dernière victoire arrachée (101-96) pour sa franchise de toujours : les Los Angeles Lakers.

Sélectionné en 13ème position de la Draft 1996 par les Charlotte Hornets mais immédiatement transféré dans le sud de la Californie dans la foulée, KB24 est aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands de ce sport. Son palmarès est évocateur : 5 fois champion NBA (2000, 2001, 2002, 2009, 2010), Kobe remporte également par deux fois le titre de MVP des Finals (2009, 2010), une fois celui de MVP de la saison régulière (2008) et est sélectionné 18 fois au All Star Game. Avec 33 643 points inscrits, le natif de Philadelphie est également le 3ème meilleur marqueur de l’histoire de la NBA derrière les indéboulonnables Kareem Abdul-Jabbar et Karl Malone.

Mais bien au-delà des titres, des distinctions individuelles ou encore des stats, Kobe Bryant c‘était avant tout une élégance déconcertante ballon en main, une impression de facilité insolente et une haine viscérale de la défaite. Tant de caractéristiques qui font de lui le deuxième meilleur arrière de l’histoire derrière son idole, le plus grand de tous les temps, Michael Jordan. La comparaison est forcément toute faite…

 

California Love

Après avoir décidé de ne pas suivre le cursus universitaire pour pouvoir directement rejoindre la NBA à ses 18 ans, Kobe est petit à petit devenu une icône absolue de son sport. Lors du three-peat réalisé par les LA Lakers entre 2000 et 2002, il forme le duo le plus dominant de l’ère moderne aux côtés de Shaquille O’neal. Les titres remportés en 2009 et 2010 respectivement face à Orlando et Boston propulsent, eux, le numéro 24 (anciennement 8) définitivement dans la légende de la franchise « purple and gold ». 

Avec ses 5 bagues de champions décrochés en l’espace d’une décennie sous les ordres de Phil Jackson, le Black Mamba est le symbole de la domination des Californiens sur la NBA de 2000 à 2010. Les seuls points noirs de sa carrière resteront finalement les deux finales perdues face aux Pistons de Detroit en 2004 et les Celtics de Boston en 2008. A cela, il faut ajouter également ses dernières années au plus haut niveau partiellement (ou plutôt totalement) gâchées par des blessures au tendon d’Achille, au genou et à l’épaule, toutes plus graves les unes que les autres.

 

Mais en ce 13 Avril 2016 face au Jazz d’Utah, Kobe Bryant s’en est donc définitivement allé. Qu’on l’adorait ou qu’on le détestait, le kid de Lower Merion High School a quitté la NBA en laissant des dizaines de souvenirs impérissables derrière lui. Des souvenirs propres à une véritable légende de ce jeu.

 

« What can I say… Mamba Out »