Handisport et sa révolution technologique

Les athlètes handisports bientôt au niveau des athlètes valides ? C’est une question de temps avant d’observer ces deux mondes se mêler à la course aux records

Plus les années passent, plus la pratique handisport prend une place importante dans le monde. On a pu le voir avec les récentes grandes manifestations sportives comme les Jeux Paralympiques de Rio. Si l’audience TV a augmenté autour de ces événements, c’est que cela est dû à des performances de grandes qualités des sportifs handisports qui, d’année en année, s’améliorent et cherchent à égaler les records des valides.

En effet, le spectacle est de mise et les athlètes sont de plus en plus reconnus. Les progrès technologiques ont permis de trouver de nouveaux matériaux, plus résistants, plus légers, et plus techniques, aidant les athlètes à pratiquer leur sport au meilleur niveau. On parle aujourd’hui de Jeux Paralympiques d’élite, avec des acteurs qui développent au maximum leurs capacités.

Les chercheurs et autres analystes ont pu développer de nouvelles prothèses souples et solides à la fois. Oscar Pistorius, le Sud-Africain, est le symbole de cette avancée technologique et demeure un des grands acteurs de cette révolution. Avec ses prothèses, il a battu le record du monde sur 400m, ce qui lui a permis de participer aux Jeux Olympiques. Ce fut une première dans l’histoire de l’athlétisme, et cela a démontré que les athlètes paralympiques sont à la porte des capacités des athlètes valides. Les composants : carbones (légèreté et résistance), titane (élasticité), aluminium (faible densité et résistance), permettent à la prothèse de compenser et réguler l’énergie sur la poussée des acteurs.

De même, depuis quelques années, un autre domaine de l’innovation technologique subit une évolution constante, celui du fauteuil. Il apparaît dans plusieurs sports comme le tennis, le basket-ball et la course, qui ont eu un gros impact médiatique lors des derniers Jeux. Ces fauteuils sont plus stables dans les virages et réduisent le risque de chute. De plus, ils sont plus légers et permettent à l’athlète de dépenser moins d’énergie.

Quant aux règlementations techniques de l’appareil, elles sont assez simples : le fauteuil doit être muni de pare-chocs, de châssis ou de repose-pieds, mais également la présence d’un coussin suivant le niveau d’handicap de l’athlète peut être autorisée et les roues doivent être munies de flasques pour éviter les blessures aux doigts.

Selon le sport que l’athlète pratique, le fauteuil tiendra des caractéristiques différentes afin d’optimiser les performances et d’atteindre des records. Une véritable avancée technologique qui est due aux nouveaux composants plus légers et à des scientifiques minutieux.