PSG, une saison de transition bis repetita

L’arrivée lors du mercato estival d’Unaï Emery en tant qu’entraineur du Paris Saint-Germain laissait entrevoir un bel avenir pour le club.

Le coach espagnol, triple vainqueur de l’Europa League avec le F.C Séville  avait  dans ses bagages des idées ambitieuses : le déploiement d’un jeu offensif et attrayant, la volonté de faire passer au club de la capitale un cap en LDC, tout en restant dominateur au niveau national.

Une saison plus tard le constat est amer :un mercato raté, une humiliation en ligue des champions, un championnat laissé à Monaco, une finale de coupe de France encore à jouer contre Angers et un seul titre, celui de la non prestigieuse coupe de la Ligue.

Une saison 2016-2017 compliqué…

 

Cet exercice restera à coup sur comme le plus décevant depuis le début de l’ère qatarie au sein du club de la capitale.

Tout d abord avec un mercato estival qui  fut un échec retentissant. L’arrivée du polonais Krychowiak pour environ 25 millions,  qui aujourd’hui s’entraine avec l’équipe réserve, la venue ratée de l’enfant terrible du football français  Ben Arfa qui n’a jamais réussit à se hisser au niveau de ses partenaires, sont tant d’exemples significatifs. Thomas Meunier, arrivé timidement de Bruges est le seul qui porte satisfaction, tant par sa mentalité  que part son rendement sur le terrain.

Les dirigeants parisiens ont tenté de se racheter en prenant le jeune champion du monde Julian Draxler à la mi-saison, mais le mal était fait.

 

Outre l’incapacité du comité dirigeant de remplacer un joueur comme Zlatan par son aura, le PSG a connu un début de saison compliquée en Ligue 1, avec des défaites prémonitoires telles que celle de Monaco (3-1), Toulouse (2 – 0) ou Montpellier (3 – 0). Des scores inhabituellement lourds pour le PSG qui n’a jamais réussi à mettre en place un plan de jeu cohérent.

 

Enfin, que dire de l’humiliation en ligue des champions. A la suite du huitième de finale aller au parc des Princes, Paris venait de donner au FC Barcelone une leçon de football. Le club de la capitale version Emery faisait enfin rêver, du mouvement, de l’envie, des combinaisons offensives, des individualités se montrant enfin au niveau.

La messe était dite, jamais une équipe ne s’était qualifiée après avoir perdu 4-0 le match aller.

Le retour fut honteux, paris bafoua le football et alors qu’il perdait encore 3-1 à la 87ème, le PSG encaissa 3 buts en 7 minutes en ne réussissant que 4 passes dans ce cours laps de temps.

Barcelone réussit sa remontada et se qualifia sur le score de 6-1 et l’équipe d’Unaï Emery fut éliminée dès les huitièmes de finale.

 

Cette saison va donc s’achever avec deux échecs cuisants : en ligue 1 et en ligue des champions. Malgré ce triste bilan, l’avenir du PSG peut s’annoncer radieux si des transformations profondes sont faites au sein du club.

 

…2017-2018 : Pas le droit à l’échec 

 

Tout d’abord il est impératif de remodeler l’organigramme du club. Patrick Kluivert en tant que « directeur du football » ne sert pas à grand chose, son poste ressemblant plus à de la figuration. Olivier letang, directeur sportif est complètement absent, hormis dans les tribunes du parc des princes ou il siège assidûment.

La priorité du PSG est de réussir son mercato,  pour cela il doit mettre en place un staff directionnel ambitieux et motivé. Antero Henrique, ancien du FC Porto serait dans les petits papiers. Le portugais de 49 ans est connu pour avoir déniché des pépites tels que Falcao, Lisandro Lopez, Hulk, James Rodriguez… Affaire à suivre donc, mais affaire primordiale.

 

Mais le marché des transferts concerne aussi les ventes, c ‘est ainsi que le club devra se méfier des volonté de départ de joueurs tels que Marco Verrati, Rabiot ou Marquinhos, encore meurtris par la défaite barcelonaise, et qui vont à coup être pistés par de grands clubs tels que la Juventus de Turin ou le FC Barcelone.

Par ailleurs il faut se séparer de joueurs qui n’ont plus leur place dans un club qui se veut le plus ambitieux du monde. Serge Aurier, Kurzawa, Ben Arfa et même Lucas doivent quitter la capitale. Leur manque de professionnalisme et de travail ne doit pas être accepté.

Un club est avant tout une institution et celle ci doit être défendu en premier lieu, quitte à perdre des joueurs au grand potentiel.

 

Le PSG doit avoir comme priorité de s’attribuer les services de joueurs de caractère tels Sanchez, en fin de contrat à Arsenal, ou Medel, le sulfureux argentin de L’Inter. Emery devra s’acquitter du reste.

Il doit réussir à insuffler à son équipe cette grinta, cette volonté de gagner qui le définit. Techniquement le club détient un des plus beau potentiel d’Europe, si le coach espagnol arrive à cumuler volonté et professionnalisme, rigueur tactique et progression technique, le PSG peut de nouveau commencer à aspirer à l’Europe et à sa très prestigieuse Champions League.

 

La saison qui s’annonce va être décisive, tant pour continuer à faire vivre le projet parisien que pour continuer à vendre au public et aux joueurs des ambitions européennes.

C’est une nouvelle saison de transition qui arrive, mais cette transition doit être définitive, décisive et réussie.