La coupe du Monde à 48, le Business à tout prix ?

 

En ouvrant la compétition au « Monde », son système et son histoire vont en être dénaturé…

Nous pouvons chercher pendant des heures, en dehors des retombées économiques, seule l’ouverture de la compétition à un plus grand nombre de pays qui n’avaient pas le niveau jusqu’ici de participer est un point positif. Cependant, elles ne contrastent pas suffisamment l’erreur que cette modification constitue.

Une organisation monstrueuse et compliqué…

Au fil des années, le choix du pays organisateur d’une coupe du monde était de plus en plus sélectif et demande des moyens importants. Cependant, avec ce nouveau format, quels pays dans le monde pourront se permettre d’organiser une compétition avec 48 équipes, 80 matchs en seulement 1 mois ? Le choix de cette entrée de 16 nations supplémentaire afin de s’ouvrir sur le monde alors que l’organisation, semble au contraire se fermer…

Un format inconnu et ennuyeux…

Afin de rajouter 16 nations, le premier tour de la compétition a été changé de façon drastique.

Fini les groupes de 4, maintenant il s’agira de 16 groupes de 3 équipes. Avec seulement 2 matchs de prévus par équipe, une victoire signifie à quasi-certitude la qualification d’une équipe. Avec un premier tour bien moins compétitif qu’habituellement, la compétition perd une grande partie de son charme…

Un « suicide » pour les nouveaux ?

Du fait de la modification du format, les qualifications s’en trouvent facilité. Il n’y aura que très peu de chances de voir une «  Grande nation » échouer aux portes de la compétition.

En passant à des poules de 3 équipes, les nouveaux entrants sont certains de tomber avec dans leurs groupes, une nation top mondiale. Et, avec seulement 2 matchs afin de se qualifier aux phases éliminatoires, il semble alors compliquer pour ces « petites » équipes de pouvoir passer.

Cependant, sans parler de passage aux phases supérieures, la question se pose sur l’image que ces matchs vont véhiculer. Du fait de l’écart conséquent de niveaux entre les équipes, les résultats des matchs peuvent être désastreux. Alors cette envie d’aider ces « petites » Nations peut tourner au « Massacre » et la compétition reine qu’est la Coupe du Monde va en pâtir.

Le succès et l’image de la Coupe du Monde doit-elle souffrir face au Business et à la Mondialisation ?