Le renouveau de la FFR passe par Bourges.

Congrès de la FFR 2017 à Bourges

Le congrès de la FFR c’est déroulé à Bourges du 22 au 24 Juin.

La semaine dernière (du 22 au 24 Juin), le congrès annuel de la Fédération Française de Rugby c’est tenu à Bourges.

La préfecture du cher a était pendant 48H la capitale du rugby Français pour le premier congrès de l’ère Bernard Laporte

Le nouveau président avait deux objectifs principaux pour cette première, faire un état des lieux du rugby français et échanger avec les clubs autour du rugby de demain.

Bernard Laporte a parlé de changement tout au long de sa campagne et ce premier rassemblement fédérale n’a pas dérogé à la règle.

En effet, lors de ce congrès les nouveautés étaient nombreuses, la séance plénière d’échange autour de sujets imposés a cédé sa place à une séance de question – réponse directes avec les clubs présidée par Bernard Laporte.

Coup d’envoi des assises du rugby féminin

Le renouveau a été également ressenti au sein des commissions avec des nouveaux axes de travails. Les assises du rugby féminin ont été un vrai succès à deux jours de l’étape du circuit mondial à Clermont-Ferrand.
La territorialité du rugby était également à l’honneur avec comme sujet central le passage de 27 comités à 13 ligues.

Ce congrès a été un vrai succès populaire avec presque 1000 congressistes présent pour l’assemblée générale, grâce notamment, à la mise à disposition par la FFR d’un car par comité.

En tant qu’ancien joueur Bernard Laporte souhaitais que ce congrès soit un moment d’échange conviviale, alors plus de repas de gala et place à une soirée Bodega. Chaque comité disposait de son stand pour partager leurs cultures culinaires et festives.

Ce premier congrès de l’ère Laporte a été une réussite autant pour les organisateurs locaux que pour la fédération et les participants.

William YBERT

Handisport, de l’ombre à la lumière

Crédit: Channel 4

Depuis les jeux de Séoul en 1998, la médiatisation des Jeux Paralympiques a explosé. En moins de 20 ans, la couverture médiatique de la compétition a été multipliée par 16. Quelles sont les raisons d’un tel succès ? Le handisport est-il devenu plus intéressant ou le public est-il plus sensibilisé ?

Abdelatif Baka a décroché la médaille d’or sur 1500m avec un meilleur temps que Mathew Centrowitz son homologue valide. Lors des dernières olympiades, les athlètes valides ont battu une soixantaine de records là où les athlètes paralympiques en ont amélioré plus de 300. Un signe que le mouvement paralympique est en pleine mutation, fini les sportifs « atypiques » qui enchainaient les épreuves et place aux athlètes de haut niveau.

La vision du grand public sur les personnes en situation de handicap a elle aussi évoluée ces dernières années. Les différentes mesures visant à faciliter l’intégration des personnes handicapés dans la société ont permis de susciter l’intérêt des spectateurs pour le handisport.

Des Jeux communs.

            Bien que les progrès aient été nombreux dans la visibilité des jeux paralympiques, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir et de nombreuses opportunités à exploiter.

La participation d’athlètes Paralympiques à des compétitions valides est devenue courante, cependant, Oscar Pistorius est le seul à avoir pu participer à une compétition officielle (JO Londres 2012), un véritable élan médiatique pour les sports Paralympiques. Cette solution mettrait en avant une minorité de sports et augmenterait l’écart déjà existant entre les disciplines.

Certains experts évoquent la possibilité de créer des Jeux nouvelle génération qui alterneraient les épreuves Olympiques et Paralympiques pendant 3 à 4 semaines. Bien que le CIO n’ait jamais reconnu cette possibilité, les retombées seraient considérables pour le sport. En addition des retombées médiatiques, les athlètes seraient mélangés ce qui permettrait de dépasser les préjugés et de faire tomber les clichés sur le handicap.

Le spectre médiatique étant en pleine expansion, il est possible que les disciplines paralympiques y trouvent une petite place. Certains diffuseurs aux USA (ITV) ou UK (BT) jouent déjà le jeu lors de certains championnats du monde. Bien que les perspectives soient limitées je pense que la médiatisation des sports paralympiques sera plus grande d’ici Tokyo 2020 qui sera peut-être le début d’une nouvelle ère médiatique.

 

William Ybert