Le renouveau de la FFR passe par Bourges.

Congrès de la FFR 2017 à Bourges

Le congrès de la FFR c’est déroulé à Bourges du 22 au 24 Juin.

La semaine dernière (du 22 au 24 Juin), le congrès annuel de la Fédération Française de Rugby c’est tenu à Bourges.

La préfecture du cher a était pendant 48H la capitale du rugby Français pour le premier congrès de l’ère Bernard Laporte

Le nouveau président avait deux objectifs principaux pour cette première, faire un état des lieux du rugby français et échanger avec les clubs autour du rugby de demain.

Bernard Laporte a parlé de changement tout au long de sa campagne et ce premier rassemblement fédérale n’a pas dérogé à la règle.

En effet, lors de ce congrès les nouveautés étaient nombreuses, la séance plénière d’échange autour de sujets imposés a cédé sa place à une séance de question – réponse directes avec les clubs présidée par Bernard Laporte.

Coup d’envoi des assises du rugby féminin

Le renouveau a été également ressenti au sein des commissions avec des nouveaux axes de travails. Les assises du rugby féminin ont été un vrai succès à deux jours de l’étape du circuit mondial à Clermont-Ferrand.
La territorialité du rugby était également à l’honneur avec comme sujet central le passage de 27 comités à 13 ligues.

Ce congrès a été un vrai succès populaire avec presque 1000 congressistes présent pour l’assemblée générale, grâce notamment, à la mise à disposition par la FFR d’un car par comité.

En tant qu’ancien joueur Bernard Laporte souhaitais que ce congrès soit un moment d’échange conviviale, alors plus de repas de gala et place à une soirée Bodega. Chaque comité disposait de son stand pour partager leurs cultures culinaires et festives.

Ce premier congrès de l’ère Laporte a été une réussite autant pour les organisateurs locaux que pour la fédération et les participants.

William YBERT

Sorties Sportives, c’est fini pour cette année

La fin de cette année d’études approche, et pour les sorties sportives, c’est déjà fini.

Après le triomphe de « Juste Chace It » en décembre, les étudiants de première année de management du sport de l’ESG se sont donné rendez-vous le 11 février pour s’essayer à l’escalade. Une découverte pour la plupart d’entre eux.

C’est à Arkose, en banlieue parisienne que les étudiants ont pu découvrir ce qu’est le bloc.
En effet, l’appellation escalade réuni trois disciplines.
La première et la plus connue: la difficulté. Le principe est simple, celui qui parvient le plus haut, gagne. Les grimpeurs alors encordés tentent de parvenir au « top » d’une voie qu’ils ne connaissent pas.
La vitesse est une autre discipline, cette fois-ci la voie est connue de tous, permettant à tous les grimpeurs de s’entraîner dans leurs propres salles. Deux grimpeurs s’affrontent à chaque passage pour déterminer celui qui arrivera en premier au bout de ces 15m d’ascension. Le record du monde est d’actuellement 5,6 secondes. Impressionnant.
Le bloc quant à lui se pratique sur de petits modules (5m environ) inspirés des rochers de Fontaineblaut. Initialement dédiée à l’entraînement des grimpeurs de difficulté, cette discipline très facilement praticable aux vues du peu de matériel qu’elle nécessite et de la faible hauteur des murs, a vu sa cote de popularité augmenter et le nombre de salle exploser.

Après deux heures d’efforts, 18 blocs proposés, une épreuve collective et une final, Louis Girard emport ce contest. Gauthier Lebec et Quentin Lepoitevin terminent respectivement deuxième et troisième.
Chez les filles, on note la très belle prestation de Audrey Delmas qui s’impose.

de gauche à droite: Gauthier Lebec, Louis Girard, Quentin Lepoitevin

La troisième et dernière sortie sportive de l’année a quant à elle réunit les étudiants ( toutes promotions confondues) autour d’un match de rugby du Top 14. Le Racing 92 affrontait Castres au stade Yves du Mannoir. Ce dernier s’est imposé 13 à 9.

Entre culture et découverte, les sorties sportives ont permis à la promotion de mieux se connaître et se souder. Elles ont aussi donné la chance à 9 jeunes managers du sport de dévoiler l’étendue de leurs savoir-faire.

Création du premier championnat professionnel de rugby aux Etats Unis: quels enjeux?

 

C’est deux semaines après la finale de la coupe du monde de rugby 2015 que la Fédération Américaine de Rugby, USA Rugby, a annoncé le lancement de son premier championnat professionnel de rugby à XV aux Etats Unis.

Six équipes composeront ce championnat qui débutera en Avril prochain ; équipes qui viendront du Nord-Est du pays, des Rocheuses et de Californie. Des clubs canadiens pourraient rejoindre l’aventure à l’horizon 2017.

« Il était temps que le rugby ait son championnat professionnel. C’est une nouvelle étape pour populariser ce sport », a indiqué le président de la fédération américaine, Bob Latham.

L’objectif de la création d’un tel championnat aux Etats Unis est clair. Avec seulement 110 000 licenciés pratiquant régulièrement, très loin des 12 millions du baseball par exemple, le rugby est un sport minoritaire sur le continent nord-américain. Par le lancement d’un championnat professionnel, USA Rugby souhaite développer le rugby sur le sol américain, malgré la concurrence intense des quatre sports majeurs: basketball, football américain, baseball et hockey sur glace, qui représentent la majorité de l’intérêt sportif américain.

Cependant, les sports venus d’Europe, comme le soccer et maintenant le rugby, enregistrent des progressions intéressantes et trouvent petit à petit leur place aux Etats Unis, ce qui est de bonne augure pour le futur championnat Pro Rugby! En effet, le rugby est le sport d’équipe ayant la plus forte croissance du pays avec des chiffres faisant état d’une progression de 350% du nombre de pratiquants entre 2004 et 2011. De plus, 900 universités américaines offrent la possibilité de jouer au rugby et 2 millions d’écoliers américains pratiquent le « touch rugby », version sans contact du sport, deux indices révélateurs qui montrent la popularité galopante de ce sport. 

La création du championnat Pro Rugby pourrait apporter une amélioration sportive et pourrait entraîner une nouvelle progression populaire puis économique. Les perspectives économiques du développement du rugby dans la première puissance économique mondiale sont incroyables. La Fédération Internationale de Rugby (IRB) voit certainement d’un bon oeil ce nouveau vivier de 300 millions de consommateurs, dont 59% qui se disent fan de sport.

Et imaginez les bienfaits sportifs et financiers de la montée d’une nouvelle nation dans un sport où seuls 6 ou 7 nations peuvent prétendre au titre de meilleure équipe du monde…

 

Justine Boccard

Le Business du Tournoi des VI Nations

Samedi 06 février 2015, avec sa victoire face à l’Italie 23-21, le XV de France sous l’ère Novès a donné le coup d’envoi du Tournoi des 6 Nations.

En 2014, le tournoi a généré environ 100M€ de revenus dégagés principalement via les droits télé (à hauteur de 70M€). Cette année, plus de 120M€ sont attendus, avec l’entrée en vigueur du nouveau contrat entre l’organisatrice du Tournoi et le duo BBT – ITV.

Comment sont répartis les revenus ?

  • 75% des sommes générées sont touchées par les fédérations
  • 15% selon le classement
  • 10% à destination des clubs qui libèrent leurs internationaux pendant la compétition.

Quelles Affluences pour ce Tournoi ?

Le Tournoi des 6 Nations est la compétition sportive annuelle mondiale rassemblant le plus de spectateurs par match en moyenne devant la NFL. 

Avec l’édition 2015, le Tournoi des VI nations a rassemblé plus d’un million de personnes (1 040 680 exactement) sur les 15 matchs de l’épreuve. On relève une affluence moyenne à 69 379 spectateurs/ match en 2015. Twickenham (4ème stade en Europe) qui peut accueillir 82 000 places, est le stade ayant la plus grande capacité des six enceintes du tournoi.

Quels sont les Impacts pour la FFR ? 

Le tournoi génère la majorité des recettes annuelles des 6 fédérations via leurs équipes nationales.

En effet, les revenus de chaque match à domicile génèrent de l’argent pour les fédérations. Par exemple, les matchs au stade de France génèrent entre 10 à 14 M€ chaque année pour 2 à 3 rencontres.

Les partenariats représentent 35M€ sur le total des revenus (100M€) de la Fédération Française de Rugby. De plus, 56% des recettes de l’instance fédérale sont générées par les partenariats, l’hospitalité, et les droits TV. 

Et pour le sponsoring ?

En terme de sponsoring, Le Tournoi des 6 Nations s’appuie sur 4 sponsors principaux :

  • RBS qui donne son nom officiel à la compétition (RBS VI Nations)
  • Accenture, le sponsor technologique du tournoi
  • Tissot, l’horloger Suisse
  • Guiness, le brasseur Irlandais

 RBS, a déboursé la somme de 57 M€ sur quatre ans pour prolonger son partenariat sur la période 2014-2017, soit 14,25M€/ An.

À votre tour, connaissez-vous les équipementiers, sponsors maillot et stade de chaque équipe du tournoi des VI Nations ?

  • Angleterre, Ecosse, France, Irlande, Italie et Pays de Galles
  • Macron, Canterbury, Adidas, Under Armour, Adidas et Canterbury
  • O2 (télécommunication), Bt (télécommunication), Three (Télécommunication), Cariparma (Banque), Pas de sponsor Maillot et Admiral (Assurance)
  • Stade de France, Aviva Stadium, Stadio Olimpico, Principality Stadium, Twickenham Stadium et BT Murrayfield Stadium

Réponses :

Angleterre – Canterbury -O2 (télécommunication) -Twickenham Stadium
Ecosse – Macron -BT (télécommunicaiton) – BT Murrayfield Stadium
France – Adidas – pas de sponsor maillot – Stade de France
Irlande – Canterbury – Three (télécommunication) – Aviva Stadium
Italie – Adidas – Cariparma (banque) – Stadio Olimpico
Pays de Galles – Under Armour – Admiral (assurance) – Principality Stadium

Un All Blacks Au Racing

Un All Blacks au Racing Métro 92  

 

 

 

Le 18 décembre 2014, le Racing Métro a officialisé la signature du joueur néozélandais Dan Carter. Dans la nuit le joueur a confirmé sa venue via son compte twitter. Le All Blacks s’est engagé pour 3 ans avec le club parisien après qu’il est disputé la coupe du monde en 2015.  Lire la suite

Delon Armitage, l’enfant terrible du rugby

Le Sulfureux Delon Armitage a encore fait des siennes, lors de la dernière journée de Champions Cup, face a Leicester en Angleterre son pays natale. Il aurait insulté des supporters anglais. En effet, même si le RCT a pris la décision de faire appel  de la suspension de 12 semaines, imposé a l’arrière anglais, il devront prendre en compte le risque que cette sanction soit alourdit en appel.

Le sport face au dopage : le football est-il à l’abri ?

Sepp Blatter et Francesco Ricci Bitti, respectivement présidents de la FIFA et de l’ITF, se complaisent à répéter que le dopage est inutile dans leurs sports, en raison de l’importance de la part technique dans la pratique. Le cyclisme et l’athlétisme ont-ils réellement le monopole du dopage ? Pourquoi les footballeurs se dopent-ils ?

Lire la suite